jeudi 10 août 2017

{ Rentrée Littéraire Septembre 2017 } Mes 5 sélections

C'est en lisant l'article d'Amélia sur son blog que j'ai eu envie de partager ma petite liste de choix sur la prochaine rentrée littéraire.

Pour faire simple, je n'ai choisi que 5 livres parmi toutes les prochaines sorties ... ceux dont les couvertures me donnent envie de les dévorer ou tout simplement pour les thèmes abordés : piraterie, roman historique ...



Une colonne de feu

de Ken Follet
Éditions Robert Laffont
928 pages
 
Sortie : 14 septembre 2017

Je ne sais pas si vous le savez mais j'adooore les romans historiques, surtout quand ceux-ci concernent l'Angleterre pendant la période des Tudor. Par l'auteur des "Piliers de la terre" et d'"Un monde sans fin" nous partons en 1558 alors qu'Elisabeth Tudor devient reine d'Angleterre. Reine protestante faisant suite à une reine catholique. Marie, reine d'Ecosse, également proclamée souveraine d'Angleterre attend le bon moment afin de se débarrasser d'Elisabeth. Un roman historique avec des jeux d'espionnage entre 2 couronnes, 2 religions.





Trois baisers

de Katherine Pancol
Éditions Albin Michel

Sortie : 4 octobre 2017

Résumé :
« Trois baisers, Trois baisers et l'homme caracole, libre, flamboyant, crachant du feu et des étoiles. Ses sens s'affolent, il voit mille lucioles, des pains d'épices, des incendies... »
Ils sont de retour, tous les personnages chers à Katherine Pancol et à ses lecteurs. Et ça crépite ! Les histoires se nouent, s'emmêlent, se tendent, éclatent, repartent. On craint le pire, on espère, on respire, on retient son souffle jusqu'à la dernière ligne.
Des rencontres, des espoirs, des trahisons, des soupçons, des idylles qui surgissent sans prévenir. Et des baisers qui vont se poser là où on ne les attendait pas. Les vies sont chamboulées. Il faut tout recommencer. Ou tout remettre d'aplomb. On ne sait plus très bien. On n'est plus sur de rien.
Chacun s'embarque dans de nouvelles aventures. Certains révèleront leur côté obscur, d'autres verront leur destin scellé, tous auront le coeur battant.
« Partons dans un baiser pour un monde inconnu. » disait Alfred de Musset.
Ce livre est un voyage
 
 
 

Sucre noir

de Miguel Bonnefoy
Éditions Rivages
 
Sortie : 16 août 2017

Résumé :
Dans un village des Caraïbes, la légende d’un trésor disparu vient bouleverser l’existence de la famille Otero. À la recherche du butin du capitaine Henry Morgan, dont le navire aurait échoué dans les environs trois cents ans plus tôt, les explorateurs se succèdent. Tous, dont l’ambitieux Severo Bracamonte, vont croiser le chemin de Serena Otero, l’héritière de la plantation de cannes à sucre qui rêve à d’autres horizons.  Au fil des ans, tandis que la propriété familiale prospère, et qu’elle distille alors à profusion le meilleur rhum de la région, chacun cherche le trésor qui donnera un sens à sa vie. Mais, sur cette terre sauvage, la fatalité aux couleurs tropicales se plaît à détourner les ambitions et les désirs qui les consument.   Dans ce roman aux allures de conte philosophique, Miguel Bonnefoy réinvente la légende de l’un des plus célèbres corsaires pour nous raconter le destin d'hommes et de femmes guidés par la quête de l'amour et contrariés par les caprices de la fortune. Il nous livre aussi, dans une prose  somptueuse inspirée du réalisme magique des écrivains sud-américains, le tableau émouvant et enchanteur d'un pays dont les richesses sont autant de mirages et de maléfices. 
 
 

Les sans Dieu

de Virginie Caillé-Bastide
Éditions : Heloise Ormesson
 
Sortie : 24 août 2017

Résumé :
Dans ce roman de pirates, placé sous le signe de la vengeance, les tempêtes qui agitent les âmes sont bien plus redoutables que celles qui déchirent les voiles. Entre flibuste et duel spirituel, Le Sans Dieu flamboie comme un soleil noir. 
 
 
 
 


Les crayons de couleurs

de Jean-Gabriel Causse
Editions : Flammarion
 
Sortie : 13 septembre 2017
 
Résumé :
Du jour au lendemain, les couleurs disparaissent. Dans ce nouveau monde en noir et blanc, un drôle de duo se met en tête de sauver l’humanité de la dépression en partant à leur recherche. Lui, c’est Arthur, employé dans une fabrique de crayons de couleur, aussi paumé que séduisant. Elle, c’est Charlotte, aveugle de naissance et scientifique spécialiste de ces mêmes couleurs qu’elle n’a jamais vues. À leurs côtés, une petite fille au don mystérieux, un chauffeur de taxi new-yorkais, les résidents d’une maison de retraite qui ressemble à une colonie de vacances. À leurs trousses, une bande de bras cassés au service d’une triade chinoise… Avec ce roman ludique et enrichissant, vous ne verrez plus jamais les couleurs de la même façon.  

 
 
 
 
 
 
 
Et vous quelles sont vos préférences pour cette rentrée ?

dimanche 6 août 2017

{ Lecture } # 31 Orage à l'Oyat des Dunes d'Isabelle Bergi

"Orage à l'Oyat des dunes"(2017)
  185 pages
  E-book (2017)

 

Synopsis


"Ronchon par nature, Antoine n'a pas les vacances dont il a rêvé. Est-ce une raison pour gâcher celles de sa femme et de ses amis? Au vu des caractères très hétéroclites des protagonistes, leur escapade finistérienne risque de vite devenir orageuse...Des conflits vont inévitablement surgir et les secrets éclater au grand jour. Un roman qui vous garde en haleine et une question qui demeure en suspens, l'amour et l'amitié peuvent-t-ils survivre à toutes les épreuves?"

 

Avis et résumé

 

Encore merci à Isabelle pour sa confiance lorsqu'elle m'a proposé la lecture de son second bébé. Il s'agit là d'un joli roman pour l'été. Court, rapide à lire avec une écriture fluide.

La couverture a elle seule m'embarque en maison de vacances en bord de mer.

3 couples d'amis de la cinquantaine (Antoine-Gabrielle, Anne-Simon et Paul-Lauriane) partent ensemble en vacances à l'Oyat des dunes, dans le Finistère, dans une jolie chaumière bretonne en granit. Rien que de lire les pages, j'ai la sensation d'y être moi aussi. Plan A pour certains mais plan B pour d'autres, ces vacances tournent en eau de boudin avec le caractère bien grognon d'Antoine.
Au menu, problème de couple avec une sauce tension entre amis. L'amour et l'amitié vont-il tenir ? L'intrigue tient jusqu'au bout du roman avec un dénouement surprise. Je l'ai déjà dit, je devine rapidement les fins et je suis vite déçue. Cette fois-ci, l'auteure a su jouer avec la psychologie de chaque personnage pour me mener en erreur de jugement. Finalement, on s'attache à chacun d'entre eux avec l'envie de leur offrir le livre de John Gray pour qu'ils se comprennent mieux.

L'auteure fait un récit en 2 temps, l'instant présent, à l'Oyat des dunes mais aussi quelques mois avant le séjour, des flasbacks qui nous permettrons de comprendre au mieux nos vacanciers.



Un roman a découvrir, il reflète parfaitement les relations de couple ou entre amis. L'écriture est fluide, les pages se dévorent l'une après l'autre et l'on arrive à la fin sans en rater une miette. Pour ma part, le coup de cœur de l'été et je le recommande aux aoutien(ne)s.
Isabelle Bergi a également écrit "Sous ton paillasson" ... que j'ai hâte de découvrir après cette fabuleuse lecture.

Orage à l'Oyat des dunes est disponible sur Amazon en format broché au prix de 11.08 € ou format kindle à 2.99 €

samedi 5 août 2017

Le mensuel du rat de bibliothèque 07-2017

  2 livres
  327 pages lues
Challenge sur l'année 5 431 / 20 001 pages

Pour beaucoup, les chroniques sont sur le site de Livraddict, je viendrais corriger dès que j'aurai tapé mes propres chroniques sur le blog, suite aux partiels je serai à jour (bientôt !!)
Pour cela, cliquez sur le livre en question.
 
 J'ai lu un livre qui était endormi dans ma PAL, autant dire, que ça fait 2 ans que je dois le lire.  
Soirée Sushi d'Agnès Abécassis. 
Une lecture légère pour l'été.

Puis, à nouveau un livre auto-édité, je vais essayer d'en lire un par mois afin d'aider ces fabuleux auteurs :)
Voici un recueil de poésies de Benham dans Poésie 90
Retour dans les années 80 et 90.


jeudi 27 juillet 2017

{ Lecture } # 30 Poésie 90 de Benham

"Poésie 90"(2017)
  147 pages
  E-book(2017)

 

Synopsis


"Les tribulations d'un jeune poète des années 80 dans les labyrinthes de l'adolescence et des premières années de sa vie d'homme. Entre la fin de ses études, le service militaire et l'amour d'une muse qui lui tourne la tête, BENHAM nous livre sa vision poétique et philosophique de ses années où tout était permis.

POESIE 90 est la réunion de trois recueils de poésies écrit à la fin des années 80 : « Poésie 90 ou les reflets d’un cactus filiforme » « Maglite et l’anti-Marin » et « L’alunissage du papillon ». Ces trois recueils sont maintenant réunis en un seul volume sous le titre « POESIE 90 » avec une chronologie narrative qui les replace dans leur contexte."

 

Avis et résumé

 

Je tiens à remercier Benham de m'avoir contacté tout en ayant confiance en moi pour la chronique de son livre. N'étant pas une grande lectrice de la poésie, ce n'est pas ma tasse de thé depuis l'école, sûrement par manque d'émerveillement, je suis ravie d'avoir pu lire des textes qui m'ont touchés.
"Poésie 90" est un livre en 3 parties avec un peu plus de 120 textes : des poèmes écrits entre les années 80 et 90 ... nous observons une évolution de l'auteur et son inspiration.
La première partie : "Le délirium Buble" a été écrit pendant la moitié des années 80. L'auteur est encore à l'école et partagera ses textes avec un ami. Je relève certains textes qui me parlent, comme par exemple "Petit appareil électrique". Un texte sur le téléphone qui m'a rappelé Chamonix et mon envie de me couper du monde.
Dans la seconde partie : "Maglite et l'anti-marin" est également divisée en plusieurs parties. Les textes ont été écrit au début des années 90.
Nous commençons par l'anti-marin : en effet Benham a fait son service militaire dans la marine. La encore, le texte me touche, dans "Maglite" nous pouvons lire "armée de robot qui marchent et travaillent pour la mort". Benham nous offre une confession, la honte de ce qu'il fait sauf de pleurer. Benham est poète au milieu des militaires poètes à leur façon et moi aussi dans les années 2000 j'ai entendu la même chose, comme quoi certaines choses ne change pas avec le temps :

dixit le sergent
"Main dans les fouilles
coup de pied dans les couilles
main dans les poches
coup de pied dans les balloches"

Cette partie se termine jusqu'au départ de Benham quelques jours plus tard et où l'auteur retrouve sa joie de vivre. Mais surtout de l'introduction de Maglite, la marraine de guerre de l'auteur, une artiste peintre qui sera sa grande amante.
La seconde partie : Avant l'amour et la troisième partie : Après l'amour.

Dans la troisième et dernière partie : "L'alunissage du papillon" nous sommes dans la moitié des années 90. L'auteur vit avec Maglite mais c'est une histoire à la "je t'aime moi non plus". Cette partie est également divisée en 3 parties :
1. Une couleur sur la lune
2. Les ailes de la muse étoilée
3. Les papillons lunaires




En guise de conclusion, je dirais que les textes m'ont réconciliés avec la poésie. Il y a des fautes certes, je ne suis pas là pour juger, je ne suis pas bien placer pour en parler. Ceci dit l'auteur en a conscience et nous livre même une lettre d'une amie, Valérie, qui lui en parle.

Passé ce détail, je dirais que le texte regorge de dualité : en effet, Benham parle de lune/soleil, malheur/bonheur, ensoleillé/pluvieux, vie/mort ....
Nous aurons des textes sur le corps humain, puisque l'auteur nous parlera des cheveux, bras, bouche ... avec les 5 sens, toucher, goût, vue, l'ouïe et l'odorat. En parlant de la vue, nous aurons tout une déclinaison de couleurs au fur et à mesure de l'avancé dans le livre.

Des références aux 4 éléments, soit la terre, l'eau, le feu, le vent ... bien que Benham est quitté rapidement la marine, ses textes font souvent références à la mer "sirocco", "mer", "océan" ...

A la lecture, je remarque une initiation au voyage, nous sommes à Paris mais également dans d'autres pays, Irlande, Égypte et bien d'autres.

Les textes sont accompagnés de dessin. Benham n'est pas seulement poète, il est également musicien.

mardi 25 juillet 2017

{ Lecture } # 29 Soirée Sushi d'Agnès Abécassis

"Soirée sushi" (2010)
Agnès Abécassis
180 pages
Éditions Le Livre de Poche (2012)

Synopsis


"Sushi (n. m.) : spécialité japonaise à base de poisson presque vivant roulé dans du riz froid, peu calorique (en tout cas moins qu'une pizza), apprécié des femmes souhaitant se donner bonne conscience.
Dédaigné des adolescents qui lui préfèrent le hamburger (plus facile à mâcher), et des hommes qui lui préfèrent n'importe quoi recouvert de fromage (comme la pizza), le sushi est un plat raffiné qui prend toute sa saveur avec le la sauce solo... heu... soja.
Consommé en groupe, il n'empêche pas de crier, de rire, de s'énerver ou de pleurer la bouche pleine, ce qui en fait un met prisé pour sa convivialité.
Traditionnellement, on définit par "soirée sushi" la réunion de trois copines fraîchement célibataires, qui ont autant d'angoisses à propos de leurs ados et de potins sur leur ex à partager qu'il y a de graines de sésame sur un california maki.
Et en plus, tout cela ne fait pas grossir.
(on l'a dit, ou pas ?)"

 

Avis et résumé



Un court roman dans le genre chick-lit, je viens d'apprendre le terme et j'en suis assez fière ;)
Oui chick-lit, puisque le roman féminin nous offre de l'auto-dérision au fil des pages, un roman de style narratif, nous nous plongeons à l'intérieur avec une focalisation interne du personnage de Rebecca Carensac. Rebecca est une jeune divorcée (fois 2), maman, la quarantaine ... nous découvrons donc son quotidien romantique avec son Jules, ce pompier qu'elle a rencontré lorsqu'elle a fait un malaise lors d'une séance dédicace. Mais nous rencontrons également ses amies, ces nanas tout autant divorcées et mamans de jeunes ados avec les raisons des séparations ...



Bien que ne me retrouvant pas dans le personnage (à part pour ses étourderies où j'en suis reine également), je découvre la chick-lit à la française, voir même à la parisienne. Nous retrouvons une quête de l'homme idéal, d'ailleurs cela me fait penser à certaines de mes copines tout en prenant conscience que les années passent. Et avec cela, le boulot et les enfants.

Bref. La soirée sushi est une soirée qui s'improvise car l'une d'entre elle attend que son fils rentre et nous découvrons la "perversité" qu'ont les jeunes pour les mamans.



Un roman qui trainait depuis plusieurs années dans ma bibliothèque personnelle. Bien qu'il y est pas mal de clichés mais l'écriture est fluide. Parfait pour savourer une lecture légère, contrairement aux sushis.

Par ailleurs, si vous souhaitez le lire, je l'ai déposé à la Boite à lire sur Equeurdreville, à côté de l'arrêt de bus La Paix ligne 5.

vendredi 21 juillet 2017

{ Lecture } # 28 Les déboires fantastiques d'un livreur de pizza de Gortan Narog


"Les déboire fantastiques d'un livreur de pizza"(2013)
Gortan Narog
50 pages
  Auto-édition via Amazon (2013)

Synopsis


"L'histoire d'une vie, la vie d'un jeune livreur de pizza appelé John Nada. Tous les jours, même routine, mêmes gestes, même chemin... Enfermé dans un monde vide de sens où personne ne se soucie de personne, John vit une existence par défaut. Aucun avenir, un passé lointain, un présent banal et un homme invisible aux yeux de ses semblables. Jusqu'au jour où une voix au téléphone bouleverse tout..."

 

Avis et résumé



Tout d'abord, je tiens à annoncer que je découvre enfin le monde de l'auto-édition. Cela fait une décennie que j'annonce que je vais écrire un livre mais je ne le fais pas... donc je me permets de faire découvrir de nouveaux auteurs qui le méritent.
Pour Gortan, j'ai eu droit à son livre si seulement je validais mes partiels, il ne faut pas le dire  fois à une amoureuse de la lecture. Pour le remercier, je lui offre ma pseudo-chronique (oui oui pseudo puisque je ne suis pas une professionnelle du livre).
 
 
 
"Les déboires fantastiques d'un livreur de pizza" est une courte nouvelle qui mérite d'être lue. En effet, j'aime être surprise par ma lecture, si je devine assez rapidement ce qu'il va arriver, je suis rapidement déçue. Et dans ce livre, point de déception, un petit doute subsiste mais l'auteur a su me surprendre. Je ne vais rien dire sur la fin, mais je vous invite à découvrir son œuvre sur Amazon.
Ceci dit, l'histoire parle d'un homme banal qui a une vie banale dans une société où il est homme parmi les autres.
Son métier représente son identité, il est livreur de pizza, il ne se remet pas en question et est adepte de sa routine. Son patron oublie même son prénom. Mais un jour, tout change, un client retient son prénom, il n'est plus seulement le livreur de pizza, il est John. Ce client lui demande une livraison dans un endroit où il n'a jamais livré quoi que ce soit, lui qui connait sa ville. Dans cette mission, il réalisera ce qu'il est vraiment dans la société tout ceci servi avec une touche de magie.



Une courte critique de la société qui permet de prendre conscience de ce que nous sommes au sein d'elle mais aussi d'ouvrir les yeux sur ce que sont les autres.

jeudi 20 juillet 2017

{ Lecture } # 27 Psychologie et pédagogie de Jean Piaget

"Psychologie et pédagogie"(1969)
Jean Piaget
  256 pages
Éditions Folio essais (1999)

Synopsis


"Que peuvent les méthodes psychologiques nouvelles, en quoi contribuent-elles au renouvellement de la pédagogie ? C'est là le thème central de Jean Piaget dans Psychologie et pédagogie. Qu'il s'agisse de l'affectivité, de l'intelligence, de l'acquisition du savoir, du travail individuel et en équipe, de la discipline, l'auteur indique les grandes lignes de la révolution scolaire qui s'impose. L'école, au cours des siècles, s'est constituée de manière très empirique, et c'est pourquoi, aujourd'hui, elle explose. Ce que propose le présent volume, ce sont les moyens de la reconstruire."

 

Avis et résumé



Piaget reste une référence pour les professionnels de la psychologie du développement ainsi que pour les métiers de l'éducation. Ayant fait un stage en début d'année, j'ai utilisé ce livre comme support pour mon rapport de stage.
Bien entendu, le livre a été publié en 1969, Piaget parlera donc des méthodes nouvelles en psychologie  avec une évolution de l'éducation depuis 1935, avec ses lacunes. Les cycles d'enseignements étaient encore différents.

Je relève avant tout les différentes périodes mentionnées sur le développement :
* Les 2 premières années  est une période sensori-motrice avec la révolution copernicienne
* De 2 à 7-8 ans : la formation de la fonction symbolique ou sémiotique
* Vers 7-8 ans : Il y a réversibilité opératoire
* Vers 11-12 ans : la conquête d'un nouveau mode de raisonnement

Piaget parlera de la fameuse "bosse des maths" de Gall à propos de l'intelligence ... 

La partie la plus intéressante pour ma part est quand il parle des psychologues scolaires. Comme certains le savent pour le devenir il fallait jusqu'à présent avoir été instituteur avant de prétendre à passer le concours... ceci avait été mis en place afin de supprimer "les tensions affectives entre les maîtres et les psychologues". Et avec mon stage, j'ai vite compris pourquoi.

Un sujet qui me plait aussi, sûrement du fait que je sois maman, les appréciations, telles que "bien" ou "encore un effort à fournir" sont bien plus stimulantes et plus objectives que des notes en chiffres. Et bien sûr du rôle "néfaste" des examens scolaires qui "polarisent sur la poursuite de résultats éphémères" (p.148)

Concernant les méthodes nouvelles, nous aurons les précurseurs dont Rousseau (oui oui), il a dit "l'enfant a des manières de voir, de penser et de sentir qui lui sont propres" ou encore "commencez par étudier vos élèves, car assurément vous ne les connaissez pas" (p.190-191). Mais aussi Claparède, Dewey ou Decroly ... ou même la doctoresse Montessori qui "fait appliquer immédiatement aux normaux ce que lui enseignaient les débiles" (p.201) fait des études anthropologiques et médico-psychologique.
N'oublions pas Binet ! "l'un des plus originaux parmi les psychologues de l'enfance" (p.203)

Bref ! Mais l'école nouvelle dans tout ça, elle fait quoi ? Elle fait appel à l'activité réelle et surtout elle travaille sur le besoin et l'intérêt personnel, c'est donc spontanée.

Karl Gross comparera les jeux d'enfants aux jeux des animaux qui est "un exercice préparatoire utile au développement physique de l'organisme" (p.211) et je suis bien curieuse de découvrir ses travaux du fait que j'essaie de comparer également les animaux entre eux. Ça va paraitre grossier pour certains, mais nous sommes également des animaux.

Enfin, il y a tellement de choses à dire sur ce livre que j'essaie d'écourter au maximum.



Je le recommande sincèrement pour les personnes qui souhaitent travailler auprès des enfants. Pas simple à lire lorsque l'on sort du travail mais, à mon sens, cela reste une des bases pour comprendre l'enfant.

vendredi 14 juillet 2017

{ Lecture } # 26 Œdipe de Sénèque

"Œdipe"
Sénèque
  100 pages
Lecture pour la Fac, emprunt à la Bibliothèque Universitaire car non édité

Synopsis


"Cruauté du sort qui amène Œdipe à commettre à son insu l'acte criminel prédit par l'oracle ! Averti par Delphes qu'il tuerait son père et épouserait sa mère, il fuit les lieux de son enfance, espérant ainsi préserver Polype et Mérope, ses parents présumés... Que ne lui a-t-on dit, hélas, qu'il était le fils de Laïos ! Ignorant du drame ancien, aveuglé parle hasard, Œdipe court à sa perte. Il tue un voyageur qui lui barre la route, libère Thèbes de la Sphinge, épouse la reine de la cité, occupe le trône royal et... accomplit son terrible destin."

 

Avis et résumé



Il s'agit là d'une reprise d'Œdipe-Roi de Sophocle. Œdipe, soupçonnant d'être un enfant adopté, quitte Corinthe pour interroger l'oracle de Delphes qui lui donnera la réponse que l'on connait tous et devient roi de Thèbes.
La peste tue le peuple et Œdipe cherche à comprendre pourquoi. Il apprend que pour que cela cesse l'assassin du précédent roi, Laïos, doit être puni. Il mène en quelque sorte une enquête policière et eut apprendre comment Laïos est mort.
Contrairement à l’œuvre de Sophocle, nous avons les détails d'un sacrifice. Créon (le beau-frère et oncle d'Oedipe) annonce qui est le coupable mais Œdipe pense qu'il ment afin de lui prendre sa place alors que celui-ci apprécie uniquement les privilèges de la royauté sans en être le roi.
Contrairement à la fin de Sophocle, ici Œdipe se crève les yeux avec les mains en premier "les yeux lui jaillissent des orbites". Jocaste guide l'épée de son fils et époux afin qu'elle meurt de sa main comme il a tué Laïos.


Bien plus rude que le précédent et cela change également de la suite de Cocteau. Une œuvre a découvrir tout de même. Je ne sais pas comment cette pièce peut être représentée avec toutes ces scènes de sang. Sur les œuvres touchant Œdipe, elle est loin d'être ma préférée mais il est intéressant à découvrir une autre écriture.

mercredi 12 juillet 2017

Le mensuel du rat de bibliothèque 06-2017

Juin froid et pluvieux, tout l'an sera grincheux !
2 livres au compteur pour le mois de juin, pas grand chose mais des lectures intéressantes. Je ferai un léger topo dessus prochainement.
  2 livres
  306 pages lues
Challenge sur l'année 5 104 / 20 001 pages

Pour beaucoup, les chroniques sont sur le site de Livraddict, je viendrais corriger dès que j'aurai tapé mes propres chroniques sur le blog, suite aux partiels je serai à jour (bientôt !!)
Pour cela, cliquez sur le livre en question.
Pour la Fac et donc mon rapport de stage, je reprends les bases de la psychologie du développement et donc Piaget.

http://img.livraddict.com/covers/234/234012//couv22827476.jpg

Et bien entendu la découverte des auteurs en auto-édition, qui méritent tout autant d'être lus. En juin, je découvre la nouvelle de Gortan Narog avec "Les déboires fantastiques d'un livreur de pizza".
http://www.livraddict.com/biblio/livre/les-deboires-fantastiques-d-un-livreur-de-pizza.html

Et vous, quelles ont été vos lectures en Juin ?

samedi 1 juillet 2017

{ Lecture } # 25 Jules de Didier Van Cauwerlaert

"Jules" (2015)
Didier Van Cauwelaert
Éditions Le Livre de Poche (2017)
256 pages


Synopsis


"A trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c'est une catastrophe. Il perd son rôle, son but sur terre. En plus, on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu'une obsession - la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le cœur.

Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l'énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d'aveugle."

 

Avis et résumé


Une histoire courte et rapide à lire. Je l'ai lu entre mes 2 semaines de partiels avec un cerveau qui réclamait de la lecture mais dont je saturais en révisions. D'ailleurs une suite vient de sortir, ça sera peut-être pour de prochains partiels.
Un livre à 2 voix, une fois nous avons notre jeune femme anciennement non voyante, Alice, qui parle et l'autre fois, Zibal, notre vendeur de macarons à l'aéroport.
Une pointe de souffrance chez notre personnage masculin, pour qui la vie n'a jamais été facile et souvent traité comme un détritus, comme son nom signifie en arabe "poubelle".
Je n'ai pas pour habitude de m'attacher et surtout de m'identifier à un personnage masculin dans un roman mais avec Didier Van Cauwerlaert cette étape est franchie. Alice, par contre est un personnage complexe, bien qu'ayant beaucoup souffert, elle fait également souffrir les personnes qui tiennent le plus à elle. Ceci j'ai eu beaucoup de peine pour elle lorsque j'ai appris la raison de sa perte de vue.
Quant au chien, Jules, le plus important, tout tourne autour de lui. On apprend beaucoup sur la condition et la notion de travail des chiens guides et du fait qu'ils ne sont pas les chiens de leurs aveugles mais travaillent avec eux. Et lorsqu'une non voyante voit à nouveau, le chien doit aller dans un autre foyer car la liste est longue et ces chiens coûtent très chers.
Une rupture où le chien fera tout pour maîtriser son avenir en utilisant une tierce personne, tout aussi paumée que lui.



J'ai adoré ! Un auteur qui parle du PACA, de Paris, de Guernesey, de Guinness, de Pub et de Victor Hugo, mais aussi de Bretagne et Normandie... En rigolant, j'ai dit à mon mari que ce livre avait été écrit pour moi.
Ensuite, je ne sais pas si je suis bien objective puisque je suis amoureuse des animaux et ai une curiosité pour un paquet de choses.

jeudi 29 juin 2017

{ Lecture } # 24 Les Métamorphoses d'Ovide

"Les Métamorphoses" (8 après J.-C.)
Ovide
Editions Le Livre de Poche - Les Classiques de Poche (2010)
600 pages

 

Synopsis


"Entreprise par Ovide dès l’an 2 après Jésus- Christ, l’épopée des Métamorphoses nous conduit tout au long de ses quinze livres des origines jusqu’au temps présent. C’est une histoire du monde qui nous est offerte, revêtue d’une dimension mythique et constamment ouverte à ces métamorphoses que dicte la volonté des dieux : Pygmalion qui épouse la statue qu’il a façonnée et dont il s’est épris ; Adonis dont le sang, lorsqu’un sanglier l’aura tué, fait naître l’anémone ; Midas affublé d’oreilles d’âne par Apollon qui le punit ; Iphigénie sacrifiée par son père et transformée en biche. Ces histoires vont pour toujours marquer la culture héritée de l’Antiquité et sont bien encore les nôtres."

 

Avis et résumé

En 15 chants, Ovide nous présente une épopée sur le pouvoir des dieux et l'envie des hommes de les surpasser. Nous commençons le livre bien avant la création de la vie, puisque tout était chaos. Ovide nous parle de l'arrivée de l'homme "un être plus noble et plus intelligent, fait pour dominer sur tous les autres". La guerre était inconnue ... puis l'homme s'assombrit, devient féroce pour finalement commettre des crimes. 
Les dieux désignent donc un coupable : César, qui conclura le livre.
Au fur et à mesure des chants, nous évoluons dans l'Histoire avec l'intervention des dieux. Junon et sa vengeance seront mis en avant avec son mari infidèle. Jupiter se méfie de sa femme (et sœur) et essaie de se camoufler lui et ses maîtresses aux yeux de Junon.
J'ai beaucoup aimé retrouver quelques rapprochements entre mythe et catastrophes naturelles comme dans le chant 2 lorsque le fils d'Apollon qui meurt sous la foudre de Jupiter et donc Apollon laisse le monde sans lumière lors d'une journée.
Nous retrouvons principalement des métamorphoses animales mais aussi végétales. Un rapport avec la nature dont à la fin du livre nous pouvons comprendre par ce qui semble être "l'orientation" alimentaire d'Ovide : le végétarisme, en le faisant passer par Pythagore (Chant 15). Pour lui, il croit en la réincarnation, on ne meurt pas, on se transforme d'où le fait d'être végétarien pour ne pas se souiller du sang d'un parent.
Entre temps, nous observerons la construction de Thèbes et de sa chute ainsi que Troie. La naissance de Bacchus, Diane et Apollon ainsi que les aventures de Thésée, Ulysse, Minos (le fils de Jupiter et d'Europe). Et n'oublions pas Icare et Dédale qui s'élèvent dans les cieux avec leurs ailes pour quitter le labyrinthe de Minos.
L'auteur reprend également Narcisse, qui est beau, fier et rejette les autres avec la nymphe Echo qui l'aime. Narcisse étant séduit par son propre reflet finit par périr par ses propres regards alors qu'Echo se transforme juste avant en rocher. (Chant 3)
Nous apprendrons bien plus également sur l'enfant d'Aphrodite et d'Hermès : Hermaphrodite dont une nymphe tombe amoureuse de lui et souhaite devenir son épouse. Elle demandera aux dieux de les unir et ils exaucent sa prière. Les 2 corps sont unis. (Chant 4) 


Encore une fois, un livre riche en mythes pour les amoureux de l'Antiquité. Cela permet de comprendre beaucoup de chose, de nous en apprendre plus sur l’étymologie de mots et expliquer certains points de l'histoire. Une série d'histoires dans lesquelles l'homme souhaite toujours s'élever et où les dieux les punissent ou les gratifient.

mardi 27 juin 2017

{ Lecture } # 23 Œdipe Roi de Sophocle

"Œdipe Roi " (vers 425 avant J.-C.)
Sophocle
Éditions Librio Théâtre (2003)
  76 pages

 

Synopsis


"Cruauté du sort qui amène Œdipe à commettre à son insu l'acte criminel prédit par l'oracle ! Averti par Delphes qu'il tuerait son père et épouserait sa mère, il fuit les lieux de son enfance, espérant ainsi préserver Polype et Mérope, ses parents présumés... Que ne lui a-t-on dit, hélas, qu'il était le fils de Laïos !

Ignorant du drame ancien, aveuglé parle hasard, Œdipe court à sa perte. Il tue un voyageur qui lui barre la route, libère Thèbes de la Sphinge, épouse la reine de la cité, occupe le trône royal et... accomplit son terrible destin."

 

Avis et résumé


Encore une pièce de théâtre qui a connu un succès pendant des siècles. Reprise d'ailleurs par Jean Cocteau avec "La machine infernale", il est intéressant de se pencher sur le texte de base.
Tout commence lorsque Œdipe est roi de Thèbes dans la ville de Cadmos. La mort frappe la ville, la peste touche les foyers et l'on cherche un responsable pour apaiser le mal. Afin d'obtenir des réponses, il envoie son beau-frère (et oncle ?) auprès de Phoebus. Il apprend qu'il faut chasser les coupables ou de les tuer, qu'il faut venger la mort de l'ancien roi Laïos.

A partir de ce moment, Œdipe annonce à son peuple de ne pas écouter cet assassin en lui lançant une malédiction et mènera l'enquête pour tout découvrir. Quand tout l'accusera, il pensera à un complot mené par Créon (le beau-frère) et Tirésias (le devin).

Suite à une prophétie, comme quoi il tuera son père et épousera sa mère, il a fuit Corinthe afin qu'elle ne se réalise pas. Pensant fuir ses parents biologiques, il croisera un vieillard qui le frappera en chemin et Œdipe le tuera. C'est là que la première partie de la prophétie s'accomplira, nous laissant comprendre tout simplement la suite.

Il apprendra par la suite, qu'il a tué en réalité le roi Laïos, qui s'avère être son père. Jocaste essaie de se convaincre que son ancien époux a été tué par des brigands, elle retrouve son fils sur cette fin mais mettra fin à ses jours. Œdipe se crèvera les yeux pour ne plus voir le mal qu'il a causé et donc subi et fera accomplir la malédiction qu'il s'est lui-même jeté.


J'ai tout simplement adoré. L'original repris et refait par d'autres auteurs. Un petit régal historique ... autrefois, on s'était rendu compte qu'il fallait trouver une femme ou un homme ailleurs pour éviter les problèmes de consanguinité. Il reste un petit bijou d'enquête policière lors de l'Antiquité.

dimanche 25 juin 2017

{ Lecture } # 22 La machine infernale de Jean Cocteau

"La machine infernale" (1934)
Jean Cocteau
Éditions Livre de Poche (1992)
  126 pages

 

Synopsis


"Obéissant à l'oracle, Oedipe résout l'énigme du Sphinx, tue son père et épouse sa mère. La peste s'abat sur Thèbes qui a couronné un inceste et un parricide. Quand un berger dévoile la vérité, la machine infernale des dieux explose. Œdipe se crève les yeux et sa mère se pend. S'inspirant du théâtre de Sophocle, Cocteau redonne vie aux grandes figures grecques : Œdipe, Jocaste, Antigone et Créon. Il philosophe en virtuose. Non, l'homme n'est pas libre. Il naît aveugle et les dieux règlent sa destinée. Même le héros, celui qui sort du rang, doit se soumettre. Ce grand texte dit tout sur l'homme avec infiniment d'humour et de poésie."

 

Avis et résumé


Je dois avoir lu du Jean Cocteau au lycée mais je n'en garde pas de souvenir. Helléniste depuis ma 3ème, j'ai un petit faible pour les mythes. Le complexe d’œdipe est loin d'être mon favori mais d'un point de vue psychanalytique, anthropologique ..., on doit se pencher dessus. Une lecture imposée pour le cours de Lettres afin de la comparer avec 2 autres ouvrages.
J'ai beaucoup apprécié le style de l'auteur, un poil moqueur comme j'aime, pour ceux qui apprécient le tragi-comique, on est servi tout au long de cette pièce de théâtre.
"La machine infernale" reprend et adapte l'histoire d'Œdipe, en y ajoutant fantaisie et poésie au cœur du drame austère. Vous connaissez la prophétie faites aux parents d'Œdipe ainsi que celle faite à lui-même une fois jeune homme ?

"Il tuera son père. Il épousera sa mère."

Cette prophétie qui fera que le couple royal, Jocaste et Laïus (nom changé par l'auteur puisque dans la version original, il s'appelle Laïos), abandonnera son bébé. Bien qu'en réalité, ils souhaitent le laisser mourir, mais un berger de Corinthe apporte l'enfant à un autre couple royal, Polybe et Mérope. C'est en apprenant la prophétie, plus tard, qu'Œdipe fuit afin que cette prophétie ne se déroule pas. Il tue un vieillard sans le vouloir qui s'avère être le roi de Thèbes, Laïus, le parricide a donc eu lieu. A Thèbes, un Sphinx sème la terreur en tuant tous les jeunes aventureux partant à sa rencontre, la veuve du roi, offre sa main au vainqueur du Sphinx. Vous devinez rapidement comment tout se déroule ...
Mais Jean Cocteau joue avec ses personnages et donne beaucoup de symbolique aux objets de sa pièce.

La Reine Jocaste parle souvent d'une écharpe rouge qu'elle porte autour de son cou comme quoi "elle me tuera" avec toutes ces personnes qui marchent dessus et qui manque de l'étrangler. Petite référence a Isadora Duncan. Elle parle également de sa broche "qui crève l’œil de tout monde" ici pour dire qu'elle se remarque facilement et non par encore les yeux de son fils-époux.

L'auteur va également plus loin avec le personnage de Jocaste, bien qu'en mal de maternité, elle cherche à imaginer comment serait son enfant aujourd'hui et le compare au beau jeune garde sur les remparts.

Mon personnage préféré reste le Sphinx ou plutôt la Sphinx, une femme de caractère, seule sur son rocher. Le héros joue avec elle afin de comprendre pourquoi elle se trouve dans les ruines à une heure aussi tardive. Elle finira par lui poser cette fameuse énigme que nous connaissons tous :

"Quel est l'animal qui marche sur quatre pattes le matin, sur deux pattes le midi et trois pattes le soir ?"

Elle dévoilera son côté humain en essayant de sauver Œdipe de son futur funeste mais déçue elle ne le fera pas.

17 ans plus tard, la Peste frappe Thèbes, on cherche le coupable de ce fléau. Œdipe apprend la mort de Polybe, le roi de Corinthe et se sent soulager car ce n'est pas lui qui l'a tué SAUF qu'il apprend qu'il n'était que son père adoptif. Vous connaissez la suite :)


 J'ai tout simplement adoré. Une reprise d'une pièce mythique réussie.

dimanche 11 juin 2017

{ Lecture } # 21 Le Blé en herbe de Colette

"Le Blé en herbe" (1923)
Colette
Éditions Librio (Littérature) (2012)
  96 pages

4ème de couverture

"Phil, 16 ans, et Vinca, 15 ans, amis de toujours, passent leurs étés en Bretagne. Tout naturellement, l'amour s'installe entre ces deux complices inséparables, un amour qui grandit plus vite qu'eux. Cet été-là, Vinca et Phil découvrent leurs différences et leurs incompréhensions. L'insouciance et la confiance font place à la souffrance et à la trahison. Ces amours adolescentes révèlent à Vinca et Phil ce qu'ils sont désormais et ne seront jamais plus. Et ces vacances s'achèvent sur un adieu à l'enfance, amer et nostalgique.
Avec délicatesse, Colette excelle à évoquer l'éveil de la sensualité, la douloureuse initiation à l'amour et à la vie. Provocateur, ce roman d'initiation sexuelle a été adapté de manière magistrale par Claude Autant-Lara en 1973."

Avis et résumé

Que les choses soient claires, ce livre ne parle pas de fumette ! Je le dis car on m'a demandé si c'était le sujet à cause de son nom.
Bref. Ce dernier livre nous a été proposé pour le cours de littérature française dans le cadre de mes partiels. Sur les 4 livres que nous avons eu à lire dans cette matière, il s'agit de celui que j'ai le moins aimé.
Nous comprenons bien qu'il s'agit de 2 adolescents qui s'aiment, sont complices. Les 2 êtres changent. Que ce soit physiquement comme psychologiquement. 
Phil perdra sa virginité avec une dame bien plus âgée, il cachera cette relation à tout le monde mais Vinca n'est pas dupe et le remarquera.
Phil traite souvent Vinca comme inférieure par rapport à lui. Nous sommes bien au début du 20ème siècle et les femmes ne sont pas encore au même niveau que les hommes (parfois encore aujourd'hui c'est dur pour certains) mais nous avons la sensation que finalement il se soumet à elle.
Un roman portant avant tout sur l'adolescence où nous sommes entre 2 âges, celui de l'enfance mais aussi celui de l'adulte. On rêve de s'amuser tout en ayant des "rêves virils".
Je vous cite un passage que j'ai également relevé dans le roman
 p.59

"Le son de la voix fut si intelligent que Philippe retint son souffle effrayé. "Elle sait tout." Il attendit l'écrasant récit, et l'explosion des larmes, des plaintes. Mais Vinca resta muette, et après un long temps, comme après la pause calme qui suit la foudre, il risqua une question timide :
- Et cette faiblesse-là suffit pour que tu aies l'air de ne plus m'aimer ?
Vinca tourna vers lui la tache nébuleuse et claire de son visage, serré entre les deux haies rigides de ses cheveux :
- Oh ! Phil, je t'aime toujours. Malheureusement, ça n'y change rien.
Il senti son cœur bondissant heurter sa gorge :
- Oui ? Alors tu vas me pardonner d'avoir été si "petite fille", si ridicule ?
Elle hésita une seconde :
- Mais oui. Je vais te pardonner, Phil. Mais ça aussi, ça n'y change rien.
- A quoi ?
- A nous, Phil.
Elle parlait avec une douceur sibylline, qu'il n'osa interroger davantage, et dont il n'osa se réjouir. Vinca le suivit sans doute dans un mouvement de repli mental, car elle ajouta subtilement :
- Tu te souviens des scènes que tu me faisais, et des miennes, il n'y a pas trois semaines, parce que nous nous impatientons d'avoir quatre ans, cinq ans, à nous morfondre avant de nous marier ? ... Mon pauvre Phil, je crois bien que j'aimerais retourner en arrière - et redevenir enfant, aujourd'hui.
Il attendit qu'elle soulignât, qu'elle commentât cet habile, cet insidieux "aujourd'hui" suspendu devant lui dans l'air pur et bleu de la nuit d'août. Mais Vinca savait déjà s'armer de silence. Il insista :
- Alors, tu ne m'en veux plus ? Demain nous serons ... nous serons Vinca et Phil, comme toujours ? Pour toujours ?
- Pour toujours, si tu le veux, Phil ... Viens. Rentrons, il fait frais.
Elle n'avait pas répété après lui "comme toujours"."

❀❀❀
Une jolie plume et l'on peut comprendre que le livre a provoqué un choc lors de sa publication. Colette fut une des féministes du XXème siècle.
Mais je l'ai trouvé terriblement long pour 90 pages.

mercredi 31 mai 2017

Le mensuel du rat de bibliothèque 05-2017

En mai fais ce qu'il te plait ! La lecture est un réel plaisir mais retour à la réalité suite aux partiels et donc 1 seul livre au compteur.
  1 livre
  100 pages lues
Challenge sur l'année 4 798 / 20 001 pages

Pour beaucoup, les chroniques sont sur le site de Livraddict, je viendrais corriger dès que j'aurai tapé mes propres chroniques sur le blog, suite aux partiels je serai à jour (bientôt !!)
Pour cela, cliquez sur le livre en question.
Plus qu'un classique, une œuvre de Sénèque, une pièce de théâtre pour mon cours de lettres sur la littérature comparée. Vous comprenez ainsi la fameuse liste de livres sur Œdipe.
Ce livre n'étant plus édité, je l'ai trouvé à la bibliothèque universitaire.

Et vous, quelles ont été vos lectures en Mai ?

samedi 27 mai 2017

{ Lecture } # 20 Les Travailleurs de la mer de Victor Hugo

"Les Travailleurs de la mer" (1866)
Victor Hugo
Éditions Le Livre de Poche (2002)

674 pages

4ème de couverture

"Pour pouvoir reconstruire un nouveau bateau à vapeur après le naufrage de La Durande, il faudrait sauver la précieuse machine du navire dont le constructeur est mort. Donc qu’un homme seul, matelot mais aussi forgeron, ait l’audace de se risquer plusieurs jours jusqu’aux rochers Douvres où repose l’épave – et d’affronter la mer. L’homme qui accepterait ce péril serait plus qu’un héros. «Je l’épouserais», dit alors Déruchette, la nièce de l’armateur. Et parce qu’il s’est épris de la jeune fille, Gilliatt va tenter l’entreprise. Mais suffit-il d’une idylle pour construire un roman d’amour ? Celui-ci en tout cas ne saurait bien finir, car le cœur humain, dit Hugo, est une «fatalité intérieure». Les Travailleurs de la mer, dont l’action se déroule dans l’archipel de la Manche, est d’ailleurs aussi bien un roman d’aventures, à l’époque de la machine et de la révolution industrielle, que la fable épique d’un homme seul face aux éléments. Et bien avant de le faire paraître en 1866, Hugo n’avait pas sans raison choisi de l’intituler L’Abîme."

Avis et résumé

Pour celles et ceux qui n'aiment pas lire Victor Hugo, je peux comprendre, ses romans regorgent de détails sur détails. Mais j'admets être tombée amoureuse de sa plume, bien sûr je me suis endormie plusieurs fois sur le roman (sachant que je ne m'endors jamais sur un livre).
Bref. Un livre en 3 parties qui se déroule dans la Manche. Je ne parle pas du département de la Manche a proprement parlé mais de la région autour de l'eau.
Rappelons que Victor Hugo fut exilé sur les îles anglo-saxonnes dont l'île de Guernesey, non loin du département où j'ai migré...

La première partie parle de Sieur Clubin comme mentionné dans le titre, il va falloir lire pas mal de pages pour comprendre de qui il s'agit. Mais nous découvrirons qui sont les personnages principaux de l'histoire. A savoir avant tout Gilliatt, cet homme qui âgé de 30 ans en parait bien plus et dont toutes les filles trouvent laid. Nous découvrirons également Mess Lethierry, un homme notable de Saint Sampson qui fait des voyages entre Guernesey et Saint-Malo principalement. Certains savent que je voue un amour pour cette petite commune fortifiée bretonne et que cela n'a donné que du plus pour lire cette œuvre. Cet homme est quelque peu diabolisé (comme Gilliatt d'ailleurs) car il vit avec son temps et navigue avec sa machine sur mer. Les premières machines à vapeur font leur apparition mais elles sont très mal vu par la religion. Puis, nous découvrons Déruchette, la nièce de Mess Lethierry et Durande qui n'est autre que son bébé, son bateau à vapeur. Bien entendu Mess Lethierry ne veut que le meilleur pour Déruchette et souhaite qu'elle épouse quelqu'un de bien mais surtout quelqu'un qui puisse reprendre sa suite en pilotant la Durande.
Dans cette première partie, Gilliatt, qui n'est jamais remarqué, voit son nom tracé dans la neige par la jeune Déruchette. Une scène quelque peu banale mais qui annonce la suite du roman.
Mess Lethierry apprendra le naufrage de son navire sur les rochers réputés pour leur danger. Il enverra un volontaire récupérer sa machine, qui lui vaut sa fortune actuelle. Déruchette promet alors d'épouser l'homme qui relèvera le défi.

C'est à partir d'ici que s'ouvre la 2ème partie du roman avec Gilliatt qui brave la nature pendant des mois, perdant la nourriture, subissant les intempéries, les avaries et surtout la bête. En effet, une lutte avec pieuvre bien plus énorme qu'en réalité. Victor Hugo exagère sur le monstre marin.

Puis, dans la 3ème et dernière partie nous découvrons une fin sur laquelle j'aimerai dire 2 mots à Victor Hugo car la fin m'a perturbé. Mais je peux également comprendre de par sa vie personnelle et cette appréhension qu'il peut avoir avec l'eau (dans le genre je joue sa psy).

Bien que noté comme roman d'amour, j'en vois surtout et avant tout un roman d'aventure bien que cela part d'une récompense de mariage qui le rend épique. Certains auront du mal à trouver le ou les personnages principaux, pour ma part, je ne vois que Gilliatt et je me demande plusieurs fois s'il va tout stopper et rentrer sur la terre ferme après tous ces mois de travail et surtout je ne veux qu'une chose : qu'il ne meurt pas.
Mais j'ai également aimé le personnage de Clubin, je n'en parle pas car l'histoire c'est lui le vecteur des péripéties et je ne veux surtout pas vous empêcher de lire les 600 pages de détails ;) Ça serait bien trop égoïste de ma part. A présent, j'ai l'impression d'avoir en tête le plan de l'île de Guernesey et je rêve d'y aller quelques jours. De plus, il y a la maison de Victor Hugo.

❀❀❀❀❀ 
J'adore
et je rajoute même une autre fleur car j'ai vraiment adoré (même si je boude pour la fin et que j'ai eu une mauvaise note à mon partiel de Lettres)

mardi 9 mai 2017

{ Lecture } # 19 Happy Ending de Victoria Van Tiem

"Happy ending" (2017)
Titre original "Love like the movies" (2014)
Victoria Van Tiem (USA)
Editions Harlequin (2017)

372 pages

 4ème de couverture
"Shane Bennett, c’est le Hugh Grant de mon Journal de Bridget Jones personnel, le Richard Gere de mon Pretty Woman, le Patrick Swayze de mon Dirty Dancing. Bref, le garçon qui m’a brisé le cœur.
Et qui choisit le jour où j’annonce mes fiançailles avec M. Parfait pour faire son grand retour dans ma vie. La seule chose à faire ? L’ignorer. Sauf qu’il tient mon avenir professionnel entre ses mains. Si je ne le convaincs pas de me confier le lancement de son nouveau restaurant, je perds mon job. Mais il ne signera qu’à une condition : que je rejoue avec lui les scènes cultes des dix comédies romantiques que nous aimions tant regarder ensemble à l’époque où je croyais encore à notre happy ending…"

 Avis et résumé
Petit coup de cœur du début de l'année, également reçu dans la box Dans ma Bulle du mois de février, avec le livre que je vous ai présenté hier, Enfin toi. L'héroïne approche de la trentaine, peut-être est-ce pour ça que j'ai bien aimé cette romance  ... mais peut-être pour d'autres petites choses également.
Bref. L'héroïne, Kenzington, dit Kenzi est fiancée à Bradley alias M. Parfait. Semble heureuse mais a l'impression d'être le vilain petit canard de la famille.
Puis, un jour, Shane Bennett refait surface, celui qui était le grand amour de Kenzi il y a pas mal d'années. Mais, il est surtout un client dans la boite de Kenzi et elle risque d'être viré si celle-ci ne fait pas bien son boulot, manque d'argent dans l'entreprise ... blablabla ... il demande un service pour son entreprise avec un thème assez équivoque : L'Amour comme au cinéma. En effet, Kenzi est une grande adepte des comédies romantiques et connait même les dialogues. Il lui propose même de jouer des scènes de film ensemble, entre autre : "Nuits blanches à Seattle", "Pretty Woman", "Le Journal de Bridget Jones", "27 robes", "Dirty Dancing", "16 bougies pour Sam", "Love Actually", "Un monde pour nous", "Vous avez un message" et "Le Mariage de mon meilleur ami".
Bref. Pour les amoureux des comédies romantiques ce livre vous plaira. Je n'en dis pas plus pour vous permettre de le découvrir mais ce fut une pépite pour ma part. J'ai ri, je me suis demandée quand est-ce que .... L'héroïne nous tient avec ses maladresses et l'auteur sait très bien souligner les scènes des films cultes qui nous font sourire tout bêtement.

❀❀❀❀❀
J'adore

lundi 8 mai 2017

{ Lecture } # 18 Enfin toi de Molly McAdams

"Enfin toi"(2017)
titre original "Letting Go" (2014)
de Molly McAdams (USA)
Édition Harlequin (2016)

342 pages

 4ème de couverture

"Grey a 22 ans. Elle est tout juste diplômée, belle, indépendante, entourée, et, pourtant, sa vie est finie. Elle s’est arrêtée deux ans plus tôt, quand son fiancé est mort brutalement, trois jours à peine avant leur mariage.
Jagger a 22 ans aussi. C’est un artiste talentueux, un frère aimant, un ami dévoué, mais un petit ami déplorable. La raison ? C’est Grey. La femme qu’il aime depuis toujours. Depuis plus que toujours, même. Dans sa vie, dans son cœur, elle occupe toute la place. Et il ne voit aucune raison pour que cela change.
Mais, le jour où Grey découvre cet amour secret, leur univers explose une nouvelle fois.
Elle se sent trahie, blessée : c’est d’un ami qu’elle a besoin, pas d’un amant. Cependant, est-elle pour autant prête à laisser Jagger sortir de sa vie ?"

 Avis et résumé

Un livre "romance" assez rapide à lire, je dirais que j'ai un avis assez mitigé le concernant, sûrement parce que j'ai 10 d'écart avec les héros de l'histoire ... ou pas. L'histoire est sympa, se reconstruire après le décès de son fiancé n'est pas une chose aisée et l'intrigue se déroule 2 ans après cette phase. Une personne rendra dingue Grey, alors qu'elle est en train de reprendre le dessus en lui laissant des messages à propos de son fiancé mécontent, Ben. Mais est-ce Ben qui laisse des messages ou quelqu'un se faisant passer pour lui ? (j'aurai lu ça en 4ème de couverture j'aurai trouvé l'histoire plus passionnante). 
Sinon, le texte est écrit à la 1ère personne, c'est sympa mais on jongle entre Grey et Jagger, un chapitre ça sera Grey, l'autre chapitre Jagger. Je dirai que ça apporte quelque chose au récit, on ne s'ennuie pas, on imagine facilement à quoi ils pensent en prenant en compte leur souffrance et sentiment et ce qui nous permet de s'attacher aux 2 personnages. Finalement, on apprendra que tout le monde a ses petits secrets et que tout parent n'est pas parfait.
Ce livre, je l'ai découvert dans la box Dans ma Bulle. Il s'agissait d'un des 2 livres de la box de février ... évidement j'ai gardé mon livre préféré pour la fin ;). Mais c'est une très bonne box pour les amoureux de la lecture avec des livres récents. D'ailleurs, je vous présente la box sur le site de Toutes les Box.

❀❀❀
J'aime bien

LinkWinthin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...